Profil-lesb

Pas encore inscrite ? Inscris-toi vite !
plus de 7 000 utilisatrices !
Profil-lesb

Forum homosexuelle / Lesbienne de rencontre et d'entraide

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Sondage

Pour une sortie forum entre filles, tu préfères:
23% 23% [ 9 ]
23% 23% [ 9 ]
10% 10% [ 4 ]
18% 18% [ 7 ]
8% 8% [ 3 ]
20% 20% [ 8 ]

Total des votes : 40

Derniers sujets

» Ce que vous regardez en 1er...
Hier à 22:50 par Plume67

» G33K 0R N0T G33K ?
Hier à 0:10 par Mitsuki

» Célibat : Vos pour et vos contre ?
Ven 2 Déc - 21:43 par Gardelen

» et les lettres alors
Mar 29 Nov - 14:07 par Yohanane

» Besoin d'avoir quelques réponses..
Lun 28 Nov - 21:09 par sansdrap

» Désirez-vous un/des enfants?
Lun 21 Nov - 9:09 par Plumemagique

» Aloha
Dim 20 Nov - 1:26 par Yohanane

» Je suis...
Dim 20 Nov - 1:23 par Yohanane

» Nouvelle un peu perdue
Lun 14 Nov - 17:35 par Metleau

» Ma présentation
Ven 11 Nov - 1:55 par yukirocks

Statistiques

Nos membres ont posté un total de 164624 messages dans 5861 sujets

Nous avons 7612 membres enregistrés

L'utilisateur enregistré le plus récent est #ide34

Livre d’or du forum

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 10 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 10 Invités

Aucun


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 279 le Sam 29 Mar - 0:33


De l'inadaptation en société

Partagez

Gardelen
Skuateuse
Skuateuse

Age : 24
Departement : A l'ouest.
Emploi/Etude : Buveuse de café. Guitarophile. Dévoreuse de livres. Vadrouilleuse du monde terrestre. Croyante en l'humanité.

De l'inadaptation en société

Message par Gardelen le Mer 21 Mai - 19:30

Adapter, v. : Modifier la pensée, le comportement de quelqu'un pour le mettre en accord avec une situation nouvelle, ou modifier quelque chose pour l'approprier à quelqu'un, le mettre en accord avec quelque chose.


« La faculté d'adaptation fait partie de l'intelligence. Évidemment. Mais est-ce intelligent de dépenser toute son intelligence à s'adapter à un système malade? ». Anonyme.


Je voudrais partager avec vous sur un sujet qui me tient tout particulièrement à cœur ces temps-ci. Parce qu'il me concerne, moi, mes proches, mes amis, mes inconnus : ces originaux, ces créatifs, ces anti-sociaux, ces anormaux penseurs, ces révoltés, ces dépressifs, ces marginaux, ces illuminés, ces fous.
Qu'on le veuille ou non, dans notre société, il y a des normes établies. Ces normes, lorsqu'elles sont dépassées, ou bien lorsqu'elles ne sont pas atteintes, remettent, d'une façon ou d'une autre, les limites en place.


Avez-vous déjà eu le sentiment de ne pas être adapté à la société ?
Au delà de ce qui est convenable (ne pas faire de mal à autrui, le respecter), vous a-t-on déjà demander de changer profondément ce que vous êtes pour être en accord avec elle ?
Ressentez vous du dédain face aux personnes dont le mode de vie est alternatif ou à la personnalité dépassant ces normes ou ayant une vision différente ?
Pensez-vous que les traitements qu'on propose aux « anormaux » (médicaments, thérapies, établissements spéciaux...) sont nécessaires (trouble psychiatrique, handicap...) et pourquoi ? Sinon, pensez-vous qu'il y aurait tout intérêt à changer notre façon de voir l'être humain et sa complexité ?
Quelles sont, selon vous, les limites à ne pas dépasser, ou celles que vous vous gardez de dépasser ?




___________________________________________________


J'ai toujours eu cette impression sordide que la vie était une pièce de théâtre remarquablement jouée. Remarquablement jouée parce que les acteurs ne se rendent pas compte qu'ils jouent. La spontanéité, la liberté, sont tenues sous contrôle. « La liberté s'arrête là où commence celle des autres ».
La société impose des règles, des lois, un mode de vie, un cadre, pour que ses citoyens puissent vivre « en harmonie », et parfois, éjectent les autres, soit parce que les moyens ne sont pas suffisants, soit parce que leur situation ne se situe pas « dans la normalité » et qu'il faut la réajuster.

On ne doit pas nuire à autrui. Je suis en accord avec ça. Mais quelles sont les limites de la nuisance ? Doit-on, par exemple, demander à un enfant de cesser son hyperactivité, finalement, sa joie de vivre, son énergie, parce que cela empêche son maître de travailler, quitte à ce que cet enfant soit drogué, voir, qu'ils subissent une crise cardiaque ou une dépendance ? Et pourtant, parmi ces enfants là, il y a eu de brillants inventeurs qui ont révolutionné notre monde. Ou bien, doit-on empêcher un hypersensible de ressentir ses émotions, parce que cela dérange son entourage, son monde professionnel, quitte à ce qu'il se nie, quitte à ce qu'il supprime ses ressentis ou qu'il change en dedans ? Ne le pousse-t-on pas plutôt vers la dépression ? Ces personnes là n'ont-elles pas des qualités surprenantes, telles une incroyable empathie, une grande créativité, un soucis du détail ? La liberté de ces gens là n'est-elle pas bafouée au profit de ceux des autres qui sont « normaux » ? N'y a-t-il pas là un conflit moral ?

Un ancien professeur d'EPS m'a raconté qu'il avait eu un enfant en surpoids à évaluer au baccalauréat. Pour l'épreuve de course, il devait faire 20 minutes de terrain. Pendant ses cours d'EPS, il était incapable de tenir plus de 5 minutes, sans être essoufflé, sans vomir. Ce jour là, il a fini la course à 4 pattes, et a arrêté deux minutes avant la fin du chronomètre. Il a eu 0, parce qu'on l'a considéré comme un chiffre, et non comme une personne, avec sa particularité. Leur excuse ? « Tu n'avais qu'à bouger tes fesses ».

La société sait s'adapter : les handicaps (créer des milieux scolaires, professionnels, matériaux etc. adaptés), les troubles psychiatriques (médicaments, aides spécifiques, HP...) et tant d'autres. Mais je trouve que le modèle de la personne « lambda », ce que la société idéalise (parce que personne n'est parfait) en est venu à se généraliser. Aujourd'hui, le répertoire des maladies est tel, que si vous allez consulter un psy, vous pouvez être sûr qu'il vous trouvera quelque chose, alors même que vous n'êtes pas malade, et pareillement pour un médecin généraliste. Et les médicaments tombent à la pelle. On peut très facilement obtenir une ordonnance pour des somnifères, anti-dépresseurs, régulateur d'humeur, neuroleptique et compagnie. D'ailleurs, qui n'a pas déjà fait un tour sur Doctissimo parce qu'il jugeait que quelque chose n'était pas normal chez lui ? Je n'ai pas l'impression que la société s'adapte réellement à ces gens là, qui ne sont pas vraiment malades, de même pour ceux qui ne sont dangereux pour personne, mais juste « trop ». J'ai l'impression qu'ils les adaptent, mais à la société, à ce qui est admis.

Peut-être vais-je trop loin, peut-être suis-je naïve, mais j'en viens à me dire que tout est devenu un enjeu de productivité et de classification.

la rousse
Skuateuse
Skuateuse

Age : 47
Departement : pays de loire

Re: De l'inadaptation en société

Message par la rousse le Ven 23 Mai - 12:30

Avez-vous déjà eu le sentiment de ne pas être adapté à la société ? Oh que oui !!!
Au delà de ce qui est convenable (ne pas faire de mal à autrui, le respecter), vous a-t-on déjà demander de changer profondément ce que vous êtes pour être en accord avec elle ? Oui depuis toute petite malheureusement
Ressentez vous du dédain face aux personnes dont le mode de vie est alternatif ou à la personnalité dépassant ces normes ou ayant une vision différente ? Pas du tout bien au contraire, elles ont tout compris !!!
Pensez-vous que les traitements qu'on propose aux « anormaux » (médicaments, thérapies, établissements spéciaux...) sont nécessaires (trouble psychiatrique, handicap...) et pourquoi ? Oui et Non, je suis contre le fait de soigner à coup d'anti dépresseur ou autre médoc qui shoot à mort, trop simpliste à mon goûts, j'ai vu ma mére comme un légume et j'ai pas aimer du tout  Evil or Very Mad Pour ce qui est des personnes handicapée, certains centres sont très bien, et leurs permettent d'avoir une vie active, adapter à leurs possibilités, pour les cas les plus lourd c'est un autre débat !!
Sinon, pensez-vous qu'il y aurait tout intérêt à changer notre façon de voir l'être humain et sa complexité ? Je le pense, mais la sociétè est loin d'être prête et surtout de  l'accepter
Quelles sont, selon vous, les limites à ne pas dépasser, ou celles que vous vous gardez de dépasser ? je ne me fixe aucune limites politiquement correct, j'évite simplement les dérives inutiles et néfaste, voir nauséabonde !!!

La sociétè impose des codes, des lois, des pathologies de toute sorte, nous sommes formater dès l'enfance,pour en arriver à ça!!un édifice avec de mauvaises fondation ne peu pas tenir, les politiques sont à bout de souffle !!!! les entreprises étranglées !!!  Je ne crois plus en notre société, elle s'éffrite, l'érosion du rocher, que vont devenir les petites moules sans frites!!!!
Ont fait croire aux étudiant qu'avec des diplômes ils n'iront pas faire grossir les rangs de pôles emploi, c'est bien connu y a plein de boulot en france :::
Ont rend les gens gaga, avec des émissions de télé débile !!! pendant ce temps, il ne revendique pas !!!
Ont dépense des fortunes pour des J O d'hiver ou des coupes du monde de foot, pendant que certains crévent de faims dans le monde !!!
Nos banques que l'état s'empresse de renflouer quand ça leurs chauffe au cul, si ça c'est pas du foutage de gueulle !!!
La société une grosse salope bien hypocrite !!! à l'image de nos politicards véreux jusqu'au trognons !!!!
Signé : La connasse enchainé

yukirocks
Modératrice
Modératrice

Age : 31
Departement : Paris(75)
Emploi/Etude : Dans le social

Re: De l'inadaptation en société

Message par yukirocks le Ven 23 Mai - 15:31

Avez-vous déjà eu le sentiment de ne pas être adapté à la société ?
J'ai toujours eu la vague impression de ne pas correspondre en tout point à l'image qu'on voulait que j'ai dans la société. En même temps, j'ai toujours été assez originale, marginale et en dehors des normes de cette société. Cela m'a valu de nombreux reproches, sarcasmes, etc que ce soit parmi mes camarades de classe que mes propres parents (eux aussi assez marginaux...mais bon passons! ils se croient "normaux" eux)


Au delà de ce qui est convenable (ne pas faire de mal à autrui, le respecter), vous a-t-on déjà demander de changer profondément ce que vous êtes pour être en accord avec elle ?
Comme j'ai commencé à le dire dans la question précédente, on m'a constamment demandé à changer mon style vestimentaire puis ma manière de parler, etc. Aujourd'hui encore, mes parents me font comprendre que je ne suis pas "normale". Mais malgré leurs essais, j'ai pris la sage décision de ne pas me conformer à ces règles pour enfin rester moi-même et égale à qui je suis réellement.


Ressentez vous du dédain face aux personnes dont le mode de vie est alternatif ou à la personnalité dépassant ces normes ou ayant une vision différente ?
Je serais mal placée pour avoir du dédain face à ces personnes. J'ai moi-même une personnalité structurée autour d'une vision différente des choses (convivialité, écoute, patiente, orientation sexuelle lesbienne, version sociale).


Pensez-vous que les traitements qu'on propose aux « anormaux » (médicaments, thérapies, établissements spéciaux...) sont nécessaires (trouble psychiatrique, handicap...) et pourquoi ?
Les seuls traitements qui sont justifiés à mes yeux sont ceux attribués aux personnes violentes ou aux mœurs douteux (pédophiles, criminels, violeurs). Pour le reste, je ne penses pas que ce soit justifié. Et puis tout dépend ce qu'on entend par "normal" ou "anormal"...  J'y reviens en fin de commentaire.


Sinon, pensez-vous qu'il y aurait tout intérêt à changer notre façon de voir l'être humain et sa complexité ?
Je penses effectivement qu'il y aurait un grand intérêt à changer la façon que la société a de percevoir le monde. Mais je ne suis pas sûre qu'elle y soit totalement prête.


Quelles sont, selon vous, les limites à ne pas dépasser, ou celles que vous vous gardez de dépasser ?
Les seules limites que je ne m'autorises pas à dépasser est le respect des autres... J'aime leur dire ce que je penses mais dans la limite du respect de leur point de vue même si je tentes d'argumenter autant que possible avec des arguments de persuasion. Si le dialogue est fermé, je n'insiste pas davantage.





La société a toujours érigé des normes pour "contrôler" en quelque sorte chaque individu qui la compose. Elle cherche à nous ranger quelque part comme dans des "cases". Personnellement, j'ai du mal à supporter ce type de vision du monde et de l'individu lambda. Actuellement, il est nécessaire d'avoir fait de longues études, de réussir professionnellement, de se marier et de procréer. Pour exemple, je ne suis titulaire que d'un bac +2 et pourtant cela ne m'a pas empêché de trouver de suite un poste en CDD d'abord puis en CDI. Et encore, je viens d'avoir une nouvelle proposition de job en tant que coordinatrice de développement social local. J'avoue que le secteur du social est relativement ouvert. Ce que je trouves le plus fatiguant c'est de devoir se battre sans cesse contre tout le monde pour pouvoir réussir dans la vie.
Il est également vrai que la société te caractérise par le "normal" ou "l'anormal". C'est cela même que je trouves le plus injuste. Si tu as une autre sexualité tu est "anormal". Idem si tu est trans, si tu est handicapé, etc. Chacun est comme il est, et c'est même cette diversité de personnalités et d'identités qui est l'essence même de la cohésion de notre société. Personnellement, je n'ai jamais été réellement comprise par ma famille enfin surtout mes parents en fait mais pourtant aujourd'hui je sais que je suis quelqu'un de bien, qui a toutes les chances de réussir dans la vie, et que mon existence a un sens. Toutefois, je dirais que je peux penser cela car je me suis défendue et battue toute ma jeune vie pour que ma personnalité survive malgré les tentatives d'écrasement, de destruction et d'atténuation que j'ai pu subir.

Je ne sais pas trop si j'ai répondu vraiment au sujet, j'ai peut-être un peu débordée du cadre de cette discussion mais j'étais tellement intéressée par ce sujet que je me suis laissée légèrement emporter Smile


_______________________
Je fais partie de l'équipe de modération, n'hésitez pas à MP si besoin!

Petite dédicace d'une amie, une soeur, ou une femme (à vous de voir): J'ai un corps de glace, mes yeux sont fait du même métal comme mon cœur. Je suis une poupée, une fée de neige.yuki sauras-tu me dégivrer grâce à la musique?

jujulie
Ptite Nouvelle
Ptite Nouvelle

Age : 20
Departement : nancy

Re: De l'inadaptation en société

Message par jujulie le Ven 23 Mai - 23:10

je parlerais en generale de se que je vois des personne que je rencontre des personnne toute different .
Avez-vous déjà eu le sentiment de ne pas être adapté à la société ? beaucoup de personne se sente differente du fait de leur oreientation sexuel de leur handicap ou de leur caractere mais au fond nous sommmes tous humains
Au delà de ce qui est convenable (ne pas faire de mal à autrui, le respecter), vous a-t-on déjà demander de changer profondément ce que vous êtes pour être en accord avec elle ? oui on le demande souvent car le regard change et les personnnes n'aime pas sa je me rapel du fait quand j'etais plus jeune j'etais toujours avec un garcons une maitresse ma demander d'etre avec des filles puisque j'etais une fille je les ecouters car je penssser que setait pas normal alors que si
Ressentez vous du dédain face aux personnes dont le mode de vie est alternatif ou à la personnalité dépassant ces normes ou ayant une vision différente ? "je ne pense pas que cela derange du point de vue qu'il ne nous embete pas " la phrase que j'entend souvent mais je ne crois pas sa pour moi tout le monde a le droit de vivre comme il le sent comme il le peut et veut .
Pensez-vous que les traitements qu'on propose aux « anormaux » (médicaments, thérapies, établissements spéciaux...) sont nécessaires (trouble psychiatrique, handicap...) et pourquoi ? on va dire que les medicament sont une sorte d'aide que l'on croit avoir alors que non enfin pour ma part et pour le handicap on va dire que je vais au dela du handicap de la personne, ses pas le plus important l'handicap meme si je remarque que dans notre societé cela derange des que nous avons un petit truc en plus ou en moins .
Sinon, pensez-vous qu'il y aurait tout intérêt à changer notre façon de voir l'être humain et sa complexité ? oh que oui sa changerais la mentalité des personne des leur plus jeune age mais nous en sommes encore loin de sa car sa avance a tres petit pas .
Quelles sont, selon vous, les limites à ne pas dépasser, ou celles que vous vous gardez de dépasser ? je garde les limites du politiquement correct en public mais des que je partirais de chez mes parents je ne sais pas encore se que je ferais mais mon mode de vie seras different .


voila j'ai essayer de repondre au question meme si ses peu etre assez flou se que je veux dire mais par rapport au handicap oui elle sait adapter mais pas partout par exemple dans les train les personne ne laisse pas toujours leur place ou personne handipaper juste par se que sa se voit pas .ils faut toujours se justifier par rapport a se que lon fait se que nous sommes la societer veut cela. elle veut nous mettre dans des case pour pouvoir facilement nous "compter" est des que nous ne pensont pas comme les autres nous sommes ejecter alors que diverse point de vus fait la richesse de se monde tous les Humains font la richesse de l'Humanitée. bon voia j'espere que sa rentre un peu pres dans le sujet vu jai quand meme euh un peu de mal a tout comprendre .

Kilyane
Ptite Nouvelle
Ptite Nouvelle

Age : 24
Departement : Manaus

Re: De l'inadaptation en société

Message par Kilyane le Sam 24 Mai - 2:34

Avez-vous déjà eu le sentiment de ne pas être adapté à la société ?
Oui. Comme tu en as un peu parlé Gardelen, je me permets d'en parler un peu aussi. Je suis hypersensible. J'ai mis du temps à me rendre compte que la plupart des gens n'étaient pas comme moi.

Au delà de ce qui est convenable (ne pas faire de mal à autrui, le respecter), vous a-t-on déjà demander de changer profondément ce que vous êtes pour être en accord avec elle ?
Oui, au travail on m'a déjà demandé d'être moins sensible. C'est pour ça que actuellement je fais tout pour pouvoir être indépendante dans mon travail. Je ne supporte pas la hiérarchie, surtout quand elle est injuste ou incapable, ça me dégoûte profondément.

Ressentez vous du dédain face aux personnes dont le mode de vie est alternatif ou à la personnalité dépassant ces normes ou ayant une vision différente ?
Non. C'est intéressant de parler avec des gens qui ont des opinions, des idées, des modes de vie très différents.

Pensez-vous que les traitements qu'on propose aux « anormaux » (médicaments, thérapies, établissements spéciaux...) sont nécessaires (trouble psychiatrique, handicap...) et pourquoi ? Sinon, pensez-vous qu'il y aurait tout intérêt à changer notre façon de voir l'être humain et sa complexité ?
Non. A vrai dire, je ne sais pas trop. Je pense que l'Homme a besoin de classifier, ranger les choses dans une case. Tout comme on a classifié le vivant (les animaux d'un côté, les bactéries de l'autre puis dans les animaux ceux vertébrés ou non etc) je pense qu'on classifie aussi l'espèce humaine. On regroupe un ensemble de comportements similaires sous une même étiquette.. par exemple "dépression" "borderline"... Après est ce que ces "déviations", ces "troubles" doivent être dans tous les cas soignées par psychotropes / médicaments etc je ne sais pas. Je pense aussi que si j'allais chez le psy, on me trouverait très probablement un trouble.

Quelles sont, selon vous, les limites à ne pas dépasser, ou celles que vous vous gardez de dépasser ?
]Je ne ferai jamais quelque chose pour nuire à autrui. Après je ne vois pas vraiment de limite (et aussi en soit : qu'est ce que nuire à autrui ... ?) . Bien sûr je vis en société donc oui j'en respecte les règles (ne pas voler etc). Même si je n'accepte pas le système j'en fais partie et j'ai été "modelée" par le système...

Je pense que chaque société a une image "d'individu modèle" et de normalité. Au fond, c'est le propre de toute société : donner un ensemble de règles pour permettre une vie en communauté. Cependant toute société a des sous-sociétés et en soit le groupe "marginal" est inclu dans la société...

Hahaha je me perds x) j'arrête là :3 mais c'est très intéressant je trouve.

Gardelen
Skuateuse
Skuateuse

Age : 24
Departement : A l'ouest.
Emploi/Etude : Buveuse de café. Guitarophile. Dévoreuse de livres. Vadrouilleuse du monde terrestre. Croyante en l'humanité.

Re: De l'inadaptation en société

Message par Gardelen le Jeu 29 Mai - 19:24

Merci à toutes de nous apporter vos réflexions très intéressantes!


la rousse a écrit:Oui et Non, je suis contre le fait de soigner à coup d'anti dépresseur ou autre médoc qui shoot à mort, trop simpliste à mon goûts, j'ai vu ma mére comme un légume et j'ai pas aimer du tout  Evil or Very Mad


D'accord avec ça. A ce niveau, je sens que ce n'est plus une façon de faciliter la guérison de la personne, mais un désir de se débarrasser de la personne en l'empêchant de penser.


yukirocks a écrit:Je ne sais pas trop si j'ai répondu vraiment au sujet, j'ai peut-être un peu débordée du cadre de cette discussion mais j'étais tellement intéressée par ce sujet que je me suis laissée légèrement emporter Smile


Absolument pas, tu es en plein de dedans, et je suis d'accord avec toi.


Kilyane a écrit:Je pense que chaque société a une image "d'individu modèle" et de normalité. Au fond, c'est le propre de toute société : donner un ensemble de règles pour permettre une vie en communauté. Cependant toute société a des sous-sociétés et en soit le groupe "marginal" est inclu dans la société...


Tu parles de "règles", mais je n'arrive pas bien à voir quel intérêt une société aurait à supprimer par exemple, ton hypersensibilité ou tout autre chose "anormale" si ce n'est en terme de productivité, et en règle avec la norme établie (mais d'où est-elle établie?). Ils pourraient, s'ils en avaient la patience, inclure cette hypersensibilité dans quelque chose qui enrichirait le monde:

Un exemple pour montrer que les difficultés de certains peuvent se transformer en réelle force (une sorte de gens sans TDA/H vs TDA/H):

Extrait de "Le retour des zappeurs":
Bosseur patients:

"-Il est capable de rester longtemps attentif, même si l’exposé de son interlocuteur est peu intéressant.

-Il peut apprendre et retenir à peu près n’importe quoi, y compris les pages de l’annuaire si nécessaire.

-Il est travailleur dans la durée, moins rapide que le zappeur, mais bien plus endurant.

‑Il reste concentré sur son travail, même ennuyeux, et est capable de résister aux distractions.

‑Il est souvent respectueux de l’ordre établi, des méthodes enseignées, des procédures et des maîtres.

‑Il est naturellement organisé, rangeur, et planificateur.

-Il est prudent dans ses actes et ses paroles.

-Il est scrupuleux et méthodique.

[...]

Les bosseurs patients sont à présent en difficulté dans un univers professionnel initialement conçu pour eux, mais qui évolue à grande vitesse sous la pression concurrentielle.

[...]

-Le zappeur devine,  rapproche, sans savoir toujours expliquer pourquoi ni comment ces idées pertinentes lui viennent à l’esprit. Son imagination constitue un atout décisif dans un environnement rapide et mouvant, où le conformisme est inadapté.

-L’accélération de la vie professionnelle stresse le bosseur patient alors qu’elle nourrit le besoin d’excitation du zappeur et lui évite de connaître l’ennui qu’il redoute plus que tout.

-Si l’open-space torture beaucoup d’employés, le zappeur dispose d’une faculté de concentration et d’abstraction paradoxale dont l’intensité est le corollaire de sa brièveté. Cette capacité à se perdre dans ses pensées, qui lui est tant reprochée en famille, devient une forte capacité d’abstraction, précieuse dans son monde professionnel."

etc.

Les "marginaux", sont inclus dans la société, mais sont inclus en marge justement. Inclus parce qu'ils sont présents, mais exclus en ce qu'ils dérangent. En soi, ils ont font parti. Mais je ne suis pas sûre qu'ils y sont intégrés.

comikkk
Bavarde
Bavarde

Age : 26
Departement : essonne

Re: De l'inadaptation en société

Message par comikkk le Ven 30 Mai - 13:04

Avez-vous déjà eu le sentiment de ne pas être adapté à la société ? oui je parle souvent de case fraudais dans le meilleurs des monde pouvoir ce foutre dans une case bien définie apposer par la normalité je n'est pas arrêter d'essayer mais j'ai compris avec le temps que je saute de case en case sans me poser de question si les gens ne suivent pas bah tempi. mais après j'ai conscience que la discrimination et incompréhension violente montre le bout de sont nez.

Au delà de ce qui est convenable (ne pas faire de mal à autrui, le respecter), vous a-t-on déjà demander de changer profondément ce que vous êtes pour être en accord avec elle ? Oui on ma souvent critique pour mon côté décaler on ma souvent demander de devenir une gentille petit fille qui suis ces études qui prend soin d'elle, maigrir ça oui!! faire tel ou tel métier par ce que ça fait mieux, d'oublier les "expériences" que je pouvais mener pendant mon adolescence foutaise!!
mon premier tatouage a étais fait a l'age de 14 ans (oui je sais c'est pas bien de bravais la loi) a l'époque on m'avais dit non par ce que la loi estimer que je n’étais pas assez grande pour savoir ce que je voulais.... ok j'ai pris rdv et met fait tatouer un tribal qui représente des aile autour d'une sphère. quand on me demande pourquoi ce motif.. c'est simple déjà a 14 je savais que personne pourrais me dire se que je doit faire ou non (a par si ça met la vie en danger de quelqu'un) je suis mettre de mes acte et j'assume mes choix rien n'y personnes ne pourra me changer. je fait ce que je veux du moment que j'assume derrière les conséquences.


Ressentez vous du dédain face aux personnes dont le mode de vie est alternatif ou à la personnalité dépassant ces normes ou ayant une vision différente ? Je vie comme ça je l'ai toujours fait je ne peux que conseiller au gens de faire ce qu'il aime même si leurs mode de vie et différente. c'est dans la différence qu'on cultive le respect.

Pensez-vous que les traitements qu'on propose aux « anormaux » (médicaments, thérapies, établissements spéciaux...) sont nécessaires (trouble psychiatrique, handicap...) et pourquoi ?
oui et non, je suis moi même sous médication pour dépression après le cancer de mon fils je n’arriver plus a contrôler mais pulsion de colère les médicaments étais donc pour moi une obligation pour protéger mes enfants et je devais rester opérationnel pour mon fils.

Sinon, pensez-vous qu'il y aurait tout intérêt à changer notre façon de voir l'être humain et sa complexité ?bien sur que oui l'être humain et bien plus complexe qu'on peux l'imaginer si on arriver a ça on virerais surement mieux et y aurais bien moins de suicide. j'ai entendu a une conférence LGBT qui avais 5% de suicide chez une femme hétéro, contre 15% chez une femme lesbienne et encore 30% chez une femme bi et prés de 90% chez une femme transsexuel

Quelles sont, selon vous, les limites à ne pas dépasser, ou celles que vous vous gardez de dépasser ?
je respect les choix de chacun et dans mon cas je demande a ce que l'on respect le fait que je vive avec une femme et élève mes enfants avec elle et je respect que d'autre demande de pas nous "montre" j’irais pas rouler une grosse galoche a un mec ans la rue je le ferais pas avec ma femme non plus. faux savoir montre le chemin de la tolérance pour espérais que d'autre la trouve.



Kilyane
Ptite Nouvelle
Ptite Nouvelle

Age : 24
Departement : Manaus

Re: De l'inadaptation en société

Message par Kilyane le Mer 4 Juin - 4:26

Gardelen a écrit:Merci à toutes de nous apporter vos réflexions très intéressantes!


Kilyane a écrit:Je pense que chaque société a une image "d'individu modèle" et de normalité. Au fond, c'est le propre de toute société : donner un ensemble de règles pour permettre une vie en communauté. Cependant toute société a des sous-sociétés et en soit le groupe "marginal" est inclu dans la société...


Tu parles de "règles", mais je n'arrive pas bien à voir quel intérêt une société aurait à supprimer par exemple, ton hypersensibilité ou tout autre chose "anormale" si ce n'est en terme de productivité, et en règle avec la norme établie (mais d'où est-elle établie?). Ils pourraient, s'ils en avaient la patience, inclure cette hypersensibilité dans quelque chose qui enrichirait le monde

Les "marginaux", sont inclus dans la société, mais sont inclus en marge justement. Inclus parce qu'ils sont présents, mais exclus en ce qu'ils dérangent. En soi, ils ont font parti. Mais je ne suis pas sûre qu'ils y sont intégrés.

Je parle de "règles" permettant la vie en communauté. Par exemple dans nos sociétés il est interdit de voler, d'entrer en effraction chez quelqu'un. C'est une exemple que j'ai à l'esprit car récemment j'ai eu une discussion avec mon professeur de botanique. On a parlé des différents tribus présentes en Amazonie et il m'a raconté qu'une fois il avait laissé son ordinateur portable dans une des maisons d'une tribu. Lorsqu’il est revenu dans la maison en question, il n'y avait plus l'ordinateur mais des fruits et un arc à la place. Dans nos sociétés, on considère ça comme un vol mais pour cette tribu/société, si tu laisses tes affaires traîner chez quelqu'un d'autre, n'importe qui peut les prendre et donner quelque chose en échange. Ce n'est pas considéré comme nuisible, c'est normal.  

Oui, je pense que mon hypersensibilité peut enrichir le monde mais dans tous les boulots, je ne pense pas. Il faut des fois, pour certains boulots, rentrer dans le "moule" ... Les entreprises ont déjà énormément de mal (je trouve) à créer des postes pour des personnes handicapées moteurs ou mentales. Alors de là à prendre en compte les particularités de chaque salarié... Ce qui compte, pour une structure ou une entreprise c'est que l'ensemble, le global fonctionne (chiffre d'affaire positif, nouvelles parts de marché par exemple) ... après que chaque particule / cellule de la structure soit épanouie et heureuse, je ne pense pas que ce soit l'objectif principal. On te dira que c'est à toi de d'adapter ou même c'est à toi de prendre des choix et de changer de métier ou d'entreprise.

Je ne pense pas que les marginaux soient vraiment intégrés à la société. Cependant, ils en font partie. A moins de créer sa propre communauté, et de s'isoler de la société afin d'en créer une autre, tout le monde est inclus dans le même sac à patates.

Gardelen
Skuateuse
Skuateuse

Age : 24
Departement : A l'ouest.
Emploi/Etude : Buveuse de café. Guitarophile. Dévoreuse de livres. Vadrouilleuse du monde terrestre. Croyante en l'humanité.

Re: De l'inadaptation en société

Message par Gardelen le Ven 6 Juin - 19:38

Kilyane a écrit:
Je parle de "règles" permettant la vie en communauté. Par exemple dans nos sociétés il est interdit de voler, d'entrer en effraction chez quelqu'un. C'est une exemple que j'ai à l'esprit car récemment j'ai eu une discussion avec mon professeur de botanique. On a parlé des différents tribus présentes en Amazonie et il m'a raconté qu'une fois il avait laissé son ordinateur portable dans une des maisons d'une tribu. Lorsqu’il est revenu dans la maison en question, il n'y avait plus l'ordinateur mais des fruits et un arc à la place. Dans nos sociétés, on considère ça comme un vol mais pour cette tribu/société, si tu laisses tes affaires traîner chez quelqu'un d'autre, n'importe qui peut les prendre et donner quelque chose en échange. Ce n'est pas considéré comme nuisible, c'est normal.

Donc nous sommes d'accord, il n'y a rien de criminel à être hypersensible.

Kilyane a écrit:Oui, je pense que mon hypersensibilité peut enrichir le monde mais dans tous les boulots, je ne pense pas. Il faut des fois, pour certains boulots, rentrer dans le "moule" ... Les entreprises ont déjà énormément de mal (je trouve) à créer des postes pour des personnes handicapées moteurs ou mentales. Alors de là à prendre en compte les particularités de chaque salarié... Ce qui compte, pour une structure ou une entreprise c'est que l'ensemble, le global fonctionne (chiffre d'affaire positif, nouvelles parts de marché par exemple) ... après que chaque particule / cellule de la structure soit épanouie et heureuse, je ne pense pas que ce soit l'objectif principal. On te dira que c'est à toi de d'adapter ou même c'est à toi de prendre des choix et de changer de métier ou d'entreprise.

Exactement, pas dans TOUS les boulots, mais si une particularité était faite pour tous, alors elle ne serait plus une particularité, mais quelque chose de relativement répandue. C'est pourquoi dans mon exemple, j'ai parlé des TDA/H. Ils ont une particularité qui sera très utile aux entreprises dans des domaines biens précis. Quelqu'un de créatif aura certes moins d'intérêts à faire une boulot répétitif et ennuyant qu'un boulot imprévisible qui demande une bonne dose d''imagination et de réactivité.

Kilyane a écrit:
Je ne pense pas que les marginaux soient vraiment intégrés à la société. Cependant, ils en font partie. A moins de créer sa propre communauté, et de s'isoler de la société afin d'en créer une autre, tout le monde est inclus dans le même sac à patates

Alors, nous n'avons juste pas la même définition de l'inclusion et de l'exclusion ^^. Pour ma part, l'exclusion sociale est une réalité, et non un terme fantasmagorique qui aurait pour but de défendre des idées utopiques.

Kilyane
Ptite Nouvelle
Ptite Nouvelle

Age : 24
Departement : Manaus

Re: De l'inadaptation en société

Message par Kilyane le Mer 18 Juin - 3:59

Gardelen a écrit:

Kilyane a écrit:
Je ne pense pas que les marginaux soient vraiment intégrés à la société. Cependant, ils en font partie. A moins de créer sa propre communauté, et de s'isoler de la société afin d'en créer une autre, tout le monde est inclus dans le même sac à patates

Alors, nous n'avons juste pas la même définition de l'inclusion et de l'exclusion ^^. Pour ma part, l'exclusion sociale est une réalité, et non un terme fantasmagorique qui aurait pour but de défendre des idées utopiques.

Huuuuum, non effectivement je pense aussi que l'exclusion sociale existe (sans abris par exemple) mais est ce une inadaptation de l'individu à la société du fait d'un décalage trop important entre "l'essence" de l'individu et les règles de la société ou est une inadaptation de la société à l'individu (la société serait elle incapable de flexibilité et d'adaptabilité) ?

Après je pense que j'ai utilisé le concept d'inclusion dans un terme strictement "mathématique"... Je ne sais pas trop, je dirais que pour moi, tous les individus nés dans une société donnée sont inclus dans cette société et plus ou moins influencée par elle. Après oui il y a des facteurs qui peuvent faire qu'il y a une exclusion dès la naissance (handicap par exemple) mais il reste je pense une part d'influence de la société même dans ces cas là.

Contenu sponsorisé

Re: De l'inadaptation en société

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 5:55


    La date/heure actuelle est Mar 6 Déc - 5:55